La rentrée à quelles conditions ?

La rentrée à quelles conditions ?

La rentrée à quelles conditions ? 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Chers amis,
A l’heure où sonne la rentrée, je désire vous partager un texte écrit à deux mains de confrères de la Communauté que j’ai reçu la semaine dernière. Je le trouve plein de sagesse et bien pesé pour l’unité que désirons tous. Travaillons à être des ferments d’unité dans nos lieux d’engagements.
Après un été bizarre, où les températures n’ont pas été au rendez-vous, où la pluie a été parfois trop abondante pour nos potagers et nos randonnées, nous voici à l’heure de la rentrée scolaire. Nous allons reprendre nos habitudes, à quelques exceptions près : nous ne savons pas dans quelle mesure et pour combien de temps le « pass sanitaire » sera exigé pour tant et tant d’activités que nous faisions ordinairement et qui deviennent conditionnées.
Pour certains, ces conditions sont une atteinte à la liberté, pour d’autres, il s’agit d’une exigence légitime pour éviter un nouveau confinement qui pèserait encore lourd sur les finances de notre pays… les passions s’échauffent et les discussions deviennent conflictuelles.
A nous chrétiens, il revient de favoriser l’unité et l’écoute entre les personnes qui ne sont pas du même avis. Et pour cela, il nous faut apprendre à écouter, à questionner et à argumenter.
Pour écouter, il faut bannir les réactions viscérales et l’envie irrépressible que nous sentons parfois d’interrompre celui qui parle. Peut-il finir ce qu’il a commencé, aller au bout de son exposé ? Savons-nous déjà ce qu’il va dire et lui clouons-nous le bec très vite ? Respecter le temps de parole de l’autre, c’est déjà un témoignage de charité : tu as le droit d’exister, tu as reçu comme moi la vie de Dieu qui a livré son Fils pour toi comme pour moi. De quel droit te ferais-je taire ?
Pour questionner, il faut garder l’altérité par rapport à celui que nous écoutons : d’ailleurs si nous adhérons trop vite à ce qu’il dit, nous ne pouvons pas l’aider à progresser dans ses convictions. Au contraire, nous savons bien que Jésus seul est la vérité et, qu’en dehors de lui, tout mérite d’être régulièrement remis en question. Lui seul est une vérité vivante qui nous respecte et nous enrichit ; tout le reste enferme dans des formulations qui finissent par être étroites et s’éloignent de la réalité. Ainsi toute certitude mérite d’être criblée par l’intelligence humaine : pourquoi fais-tu ce que tu fais ? pourquoi dis-tu ce que tu dis ?
Pour argumenter, il faut avoir réfléchi, creusé soi-même les raisons de ce que nous pensons. Si nous sommes capables de rendre raison de nos idées, de nos options, de nos certitudes, nous pourrons apporter de nouveaux éléments de réflexion aux autres. Parfois, il nous arrive aussi de ne pas savoir rendre compte de certaines choses auxquelles nous croyons… par défaut de formation, par défaut d’écoute de l’autre ou bien parce qu’il s’agit de mystères qui dépassent notre entendement. Alors c’est par notre témoignage patient de charité que nous démontrerons ce à quoi nous croyons.
Que le Seigneur nous donne les bonnes conditions d’un dialogue et d’une écoute entre nous et autour de nous… que cette rentrée soit vécue dans la recherche honnête de la vérité et la pratique généreuse de la charité, voilà à quoi nous sommes appelés ! Don Philippe & Don Camille
Enfin, je nous souhaite à tous, à l’heure des choix pour les engagements de cette année, que nous réservions la meilleure place pour le Seigneur, nous ne le regretterons pas !
Don Marc-Antoine CROIZé-POURCELET









    Nous contacter

    +33 4 94 19 81 29

    Nous aider