Que ta volonté soit faite ?

Que ta volonté soit faite ?

Que ta volonté soit faite ? 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

L’épisode raconté dans l’évangile de ce dimanche a de quoi étonner pour de multiples raisons ! En particulier, je trouve très surprenante cette conclusion de Jésus qui permet à la mère d’obtenir la guérison de sa fille : « que tout se passe pour toi comme tu le veux ». Voilà qui semblerait donner raison au proverbe : ce que femme veut, Dieu le veut… C’est tout de même énorme que Dieu propose à quelqu’un que tout se passe comme il veut, alors que ce même Jésus nous enseigne à prier en disant : « Père, … que ta volonté soit faite ». Si tout le monde peut décider de tout…
En fait, une telle libéralité envers cette femme qui souffre de la maladie de sa fille et qui demande sa guérison n’est possible que parce que « grande est sa foi ». Nous comprenons ainsi que la foi ne consiste pas simplement à croire en Dieu, d’admettre son existence et qu’il puisse avoir une petite influence sur ce qui nous arrive. Avoir une foi grande consiste en fait à unir sa volonté à la volonté de Dieu ; à désirer et à aimer ce que Dieu veut. Avoir la foi est moins de l’ordre de la croyance extérieure que du côté d’une relation intérieure de communion. De telle manière que lorsque Jésus lit le profond désir dans le cœur de cette cananéenne, il y reconnait ce que Dieu veut déjà. Alors, bien sûr, tout peut se faire, et même doit se faire, comme elle veut. Nous avons là une belle illustration de ce que nous entendons de Jésus dans l’évangile de Jean : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père et, tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. (Jean 14, 12-14) » Demander au nom de Jésus, c’est vouloir et demander ce que Dieu veut. C’est faire sienne la volonté de Dieu. Au point que se confondent, s’unissent et se répondent les « que ta volonté soit faite ».
Puisque nous venons de fêter l’Assomption de la Vierge-Marie, nous pouvons penser aussi aux noces de Cana où la Vierge-Marie expose une demande à Jésus : « Ils n’ont plus de vin » et en même temps donne ce conseil aux serviteurs : « faites tout ce qu’il vous dira » (Cf. Jean 2, 1-11). La Vierge-Marie a une volonté parfaitement accordée à la volonté de Dieu. Qu’elle nous aide à dire aussi avec joie : « Que tout se fasse pour moi selon ta parole  » !
 D. Martin PANHARD