Avec Jésus au désert

Avec Jésus au désert

Avec Jésus au désert 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Après la petite porte du Carême qu’est le mercredi des Cendres, nous entrons, avec la solennité de ce dimanche, par la grande porte dans ce temps de conversion. A l’heure où cet éditorial est écrit, nous ne connaissons pas encore le contenu du message du pape François pour le Carême 2020, mais seulement son thème : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu ». Oui, le Carême est un temps de grâce où comme le Christ, nous allons être conduits par l’Esprit. La destination est le désert. A la lecture des tentations que Jésus subit, nous découvrons que le désert n’est pas un lieu de tranquillité. Le carême n’est pas une fuite du monde pour prendre du temps pour « soi » ou pour « se retrouver ». Le carême nous éprouve en nous remettant énergiquement en face de l’essentiel.
C’est en étant éprouvé, que se révèlent notre fragilité mais aussi nos ressources intérieures et notre force spirituelle. L’Esprit-Saint nous conduit plus loin que nos propres ressources naturelles comme notre bonne santé, notre courage ou encore notre raison. Là où humainement nous semblons être « à bout », notre âme et la vie de Dieu en elle prend le relais. Son aide passera par sa Parole comme on le voit avec Jésus. Jésus cite la Parole de Dieu de mémoire, il la connaît, il en vit. Cela ne peut que nous interpeler : Pourquoi ne donnerions-nous pas un peu plus de place à la parole de Dieu pendant ce Carême : se mettre à son écoute et la méditer ? La Parole de Dieu est vivante, elle nous rejoint. Elle ne repart pas sans porter du fruit.
Les trois tentations de Jésus font aussi référence aux trois tentations du peuple hébreu dans le désert. La faim, où le peuple vient à regretter les oignons et les concombres d’Egypte. La mise à l’épreuve de Dieu lors du manque d’eau à Massa. Et l’adoration du veau d’or. Là où le premier Israël a échoué, Jésus, qui incarne le nouvel Israël, inaugure sa victoire définitive sur le mal.
Arrêtons-nous plus particulièrement sur la première et la deuxième tentation. Jésus nous invite d’abord à prendre soin de la vie de notre âme et pas seulement de nos appétits terrestres. Le pain qui remplit notre estomac est nécessaire ! Mais Jésus rétablit un ordre dans notre vie. Le fait même de parlementer avec le mauvais nous éloigne de l’essentiel : notre relation à Dieu. C’est cela qui prime sur le reste. Sinon, nous ne voyons plus les choses de la terre comme un don de Dieu et nous cherchons sans cesse à combler notre cœur de choses limitées. Le diable est plus malin que nous et sa duplicité nous trompe. Il veut nous éloigner de Dieu et fausser notre regard sur la bonté du Seigneur.
Dans la deuxième tentation, le Diable emploie également la Parole de Dieu !
Il cite le Psaume 91. Plus subtilement, le diable poursuit ses recherches sur Jésus. Est-il le Fils de Dieu, oui ou non ? Le miracle des pierres transformées en pains aurait fait l’affaire. Mais Jésus n’a pas cédé. En revanche, si Jésus accepte de se jeter du haut du Temple, il ne pourra rien lui arriver. Surtout s’il est le Fils de Dieu ! Dans cette tentation, on voit pour nous le danger de vouloir employer Dieu à notre service. Dieu n’est pas là pour subvenir à tous nos manquements comme un super médecin. La prière n’est pas faite d’abord pour notre bien, mais elle est destinée à rendre à Dieu l’adoration qui lui revient. Tant mieux si nous en sortons apaisés, etc… mais ne nous étonnons pas de ne  pas toujours être sur un petit nuage en sortant de la prière ! Ne nous servons pas de Dieu ou de ses œuvres pour nous. Servons Dieu, le reste nous sera donné de surcroît. Un danger classique est de trop « psychologiser » la prière alors qu’elle concerne d’abord la vie de notre âme.
Puissions-nous nous porter les uns les autres dans une prière fraternelle tout au long de ce Carême ! Et laissons-nous nous réconcilier avec Dieu !
D. Christophe GRANVILLE