Le Pape veut que soit maintenue vivante la belle tradition de la crèche

Le Pape veut que soit maintenue vivante la belle tradition de la crèche

Le Pape veut que soit maintenue vivante la belle tradition de la crèche 150 150 Paroisses de Saint-Raphael


En visite dans le centre de l’Italie, à Greccio, là où saint François mis en place la première crèche vivante de la Nativité, le Pape signe une lettre apostolique, intitulée «Admirabile signum», sur la signification et la valeur de la crèche de Noël, un signe qui « suscite toujours étonnement et émerveillement ».
La crèche, un acte d’évangélisation à redécouvrir et revitaliser
« Représenter l’événement de la naissance de Jésus, équivaut à annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec simplicité et joie », peut-on lire dans cette lettre. « La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture », écrit-il . En contemplant la scène de Noël, « nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de Celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. Nous découvrons qu’Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui ».
Par cette lettre, le Pape souhaite aujourd’hui soutenir cette belle tradition familiale que l’on apprend dès l’enfance : « quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire ». Le Pape veut soutenir la coutume qui consiste également à l’installer
sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques…
« C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté », écrit le Pape qui souhaite que «cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée. »
L’émotion de voir Dieu qui se fait petit
La crèche suscite autant d’émerveillement et d’émotion parce qu’elle manifeste « la tendresse de Dieu » qui
 « s’abaisse à notre petitesse », il se fait pauvre, en nous invitant à le suivre sur le chemin de l’humilité pour
« le rencontrer et le servir avec miséricorde dans les frères et sœurs les plus nécessiteux. »