Qu’attends-tu de moi ?

Qu’attends-tu de moi ?

Qu’attends-tu de moi ? 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Grâce aux barques, Jésus s’éloigne un peu du rivage, cela n’est pas simplement pour éviter de se faire écraser. Dans cette attitude nous comprenons que Jésus s’extraie de la foule pour enseigner. Il met une courte distance entre la foule et lui pour manifester que la vie nouvelle qu’il apporte consiste justement à s’extraire du flux compact et oppressant de la vie simplement naturelle, pour se laisser habiter par la vie surnaturelle.

C’est seulement ainsi que l’homme peut découvrir au plus profond de lui-même une sagesse toute divine. Pour le dire de manière plus prosaïque, il s’agit de sortir le nez du guidon pour parvenir à prendre un peu de hauteur et découvrir ou redécouvrir le sens profond de notre existence qui est un sens divin. 

Nous devons à notre tour prendre un peu de distance avec le monde qui nous entoure. Emportés dans les flots d’une époque qui ne jure que par le mouvement et le progrès, nous laissons trop souvent le poids des contingences matérielles étouffer nos aspirations les plus profondes et les plus indispensables. L’urgent passe trop souvent avant l’important. Alors montons dans la barque avec Jésus. Laissons son enseignement nous reconduire à ce qui fait l’essentiel de notre vie. Soyons comme les apôtres assis à ses côtés et demandons à notre Maître de nous montrer le chemin de la vie véritable.

Comment le faire concrètement ? Descendre au plus profond de notre cœur et y retrouver Dieu, lire l’Évangile chaque jour et poser sincèrement au Seigneur la question : « qu’attends-tu de moi ? ». C’est, au fond, ce que Pierre accomplit. À l’écart dans la barque avec Jésus, il se laisse enseigner. Et quand cet enseignement implique de passer à un acte concret, à l’obéissance de ce que Jésus demande, Pierre nous montre la voie. Le Seigneur attend de lui une confiance absolue et une obéissance sincère. Pierre manifestera cette confiance et cette obéissance en jetant les filets.

À notre tour, en fréquentant Dieu présent au plus intime de notre cœur, nous nous disposons à répondre à la volonté de Dieu sur nous…pour notre plus grand émerveillement. En effet, l’âme confiante et obéissante découvre vite à quel point Dieu accomplit des merveilles pour ceux qui mettent leur foi en lui.

Alors n’ayons pas peur de nous laisser ainsi embarquer. Fuyons la dispersion et le souci angoissant d’une réussite trop mondaine. Entrons par l’Évangile dans la vie de disciple de Jésus. Nous ferons ainsi l’expérience de Dieu qui comble nos désirs au-delà même de ce que nous pouvons imaginer. Car Dieu est Dieu.