Priez sans vous lasser !

Priez sans vous lasser !

Priez sans vous lasser ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Le Christ est parfois déroutant ! Souvent, comme ici dans l’évangile, il prend comme point de départ de ses paraboles, des situations qui sont loin d’être exemplaires. Ici, Jésus nous donne l’exemple d’un juge injuste, mais nous l’avons déjà entendu nous faire les louanges de la ruse d’un intendant malhonnête. C’est aussi vrai pour les paraboles des mauvais vignerons, du riche insensé, de l’enfant prodigue…
L’évangile n’est pas désincarné… Jésus veut travailler notre humanité sans en omettre la fragilité. Il part toujours de nos pauvretés. Jésus nous connaît et nous montre que même dans nos erreurs, il peut venir nous chercher.
La comparaison se porte ici (comme dans la parabole de l’ami qui frappe à la porte à minuit pour demander du pain ) sur l’insistance à avoir dans nos demandes, même lorsqu’elles sont inopportunes (mais non injustes).
Jésus, en nous donnant cet exemple du juge qui cède face à l’insistance de la veuve, veut nous encourager à le solliciter de manière continuelle…
Comment ne pas mettre ce passage en parallèle avec Lc 11,11  : Quel est d’entre vous le père auquel son fils demandera un poisson et qui, à la place du poisson, lui remettra un serpent ? (…) Si donc vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui l’en prient ?
Si même ce juge inique finit par répondre à la sollicitation de celle qui le harcèle, combien plus Dieu qui est bon et juste, écoutera les vôtres !
Quel encouragement à la prière recevons-nous de la part de Jésus !
Dieu veut se laisser importuner par l’homme… Si le Verbe s’est fait chair, c’est pour conclure cette alliance nouvelle et éternelle, c’est pour se lier à l’homme, c’est parce que Dieu veut s’occuper de nos problèmes  !
Jésus n’a de cesse de nous inviter à cette prière de demande qui obtient toujours une réponse. Dieu donnera toujours à celui qui demande ce qui est le meilleur pour lui : de « bonnes choses » (Mt 7,11).
Mais pour entrer dans cette démarche, une chose est nécessaire : la foi. Il faut croire que Dieu est un bon père qui prend soin de ses enfants.
Et ici l’évangile nous laisse perplexes : à son retour, le Seigneur trouvera-t-il encore la foi sur terre ?
C’est bien à nous que cette question est posée. C’est bien à nous d’y répondre cette semaine.
Oui Seigneur, je veux aujourd’hui me confier tout à toi. Je veux n’entretenir aucun souci, mais en toute circonstance, dans l’action de grâce, prier et supplier pour Te faire connaître nos demandes. Alors, la paix de Dieu qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera notre cœur et notre intelligence dans le Christ Jésus. (Phil 4,6) Priez sans vous lasser !