Ouvre-moi ta porte pour l’amour de moi

Ouvre-moi ta porte pour l’amour de moi

Ouvre-moi ta porte pour l’amour de moi 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Les disciples demandent à Jésus de leur apprendre à prier. Dans la prière, on peut distinguer entre le contenu et la forme, de même que pour recevoir Jésus, la semaine dernière, on voyait deux attitudes complémentaires en Marthe et Marie qui reçoivent respectivement la personne et l’enseignement de Jésus : Marthe s’affaire pour Jésus tandis que Marie se laisse enseigner par lui.
Ainsi, aujourd’hui, Jésus commence par nous livrer le Notre Père. Nous pouvons en effet nous affairer, un peu comme Marthe, pour « dire beaucoup de paroles à Dieu » ; mais au fond, quelles paroles, plus que celles du Fils bien-aimé, pourraient plaire au Père ? Le début de cetévangile répond à la question que nous nous posons avec les disciples :Jésus nous ramène au centre, à la simplicité de la prière : il s’agit de laisser prier, avec ses propres paroles, le Fils en nous.
Mais de la même manière que Jésus affirme que « Marie a choisi lameilleure part », il y a quelque chose de sans doute plus important quele contenu de la prière : c’est l’attitude confiante. C’est ce que Jésusexprime par la parabole qui suit. On a l’habitude de désigner cette parabole comme celle de l’ami importun, mais on pourrait aussi faire le parallèle avec la célèbre comptine « Au clair de la lune ». Regardons de plus près ce qui se passe de chaque côté de la porte : un voisin très insistant… et, à l’intérieur, qu’est ce qui fait que la porte s’ouvre ? quelleraison, quel motif ? Pourquoi finalement céder et se lever au milieu dela nuit ? Dans la comptine, le noctambule demande « ouvre-moi ta porte pour l’amour de Dieu » ; dans la parabole, Jésus dit que si l’amitié n’estpas suffisante pour faire se lever l’ancêtre de Pierrot, c’est au moins àcause du sans-gêne et de l’insistance de l’ami – pour avoir la paix – qu’il se lève.
Ainsi, Jésus tient à nous faire regarder des deux côtés de la porte. Il y a d’une part son invitation à imiter dans la prière l’insistance de l’importun ; il nous pousse à la persévérance, à ne pas hésiter à paraître (à nos yeux, pas à ceux de Dieu) importuns, sûrs dans la foi que la portefinira par s’ouvrir. D’autre part, il nous invite à contempler ce qui fait que Dieu va finir par nous exaucer. Ce n’est pas parce que nous aurons épuisé sa patience, soyons en sûrs. C’est qu’il nous aime comme des fils. Et si les parents, nécessairement imparfaits, aiment suffisamentleurs enfants pour ne jamais leur donner intentionnellement quelque chose de mauvais, combien plus notre Père céleste saura nous donner, et nous donner de bonnes choses ! Même si ce n’est pas exactement ce que j’ai prévu ou demandé, c’est assurément ce qui est bon pour moi aujourd’hui.
Prions donc avec insistance notre Père du ciel qui n’a pas d’autre raison pour nous exaucer que son amour inépuisable et sa patience sans limitepour ses fils et nous serons en temps voulu comblés de ses dons.
 D. Charles-Marie d’AMAT