« La résurrection pour tous ! »

« La résurrection pour tous ! »

« La résurrection pour tous ! » 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

A première vue, seuls quelques privilégiés ont pu rencontrer le Christ ressuscité. Cela s’est passé loin de chez nous et il y a longtemps. Est-ce vraiment notre histoire ? Pourtant, à y regarder de plus près, ce mur apparemment infranchissable qui nous sépare de l’expérience du Christ ressuscité n’est pas plus épais qu’un papier à cigarette. La raison de cette proximité est que Jésus lui-même donne à tous la possibilité de le rencontrer personnellement, selon une modalité adaptée à chacun. Cela apparaît particulièrement dans l’évangile d’aujourd’hui.

En premier lieu, Jésus apparaît aux apôtres (Thomas étant absent) alors que ceux-ci sont barricadés quelque part. Il fallait que les premiers témoins de la résurrection en fassent l’expérience d’abord physique. De lui-même, Jésus leur présente ses mains et son côté, il se laisse voir et « les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur ». Mais déjà, cette expérience physique est complétée d’un élément spirituel : « il souffla sur eux et leur dit : ? recevez l’Esprit-Saint ”. Puis il leur transmet le pouvoir de pardonner ou maintenir les péchés.

En second lieu, Jésus revient pour initier ses disciples à un mouvement de foi plus subtil : croire sans avoir vu. Cela se passe grâce à Thomas qui est présent huit jours plus tard lorsque de nouveau « Jésus vient et il était là au milieu d’eux ». Thomas a d’abord littéralement refusé de croire, déclarant qu’il ne pourrait croire sans faire lui-même l’expérience qu’on faite ses frères la semaine précédente. Jésus accepte cet ultimatum et permet à Thomas de le voir et de le toucher à son tour. Mais non sans faire cette remarque importante : « parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Les disciples qui étaient remplis de joie en voyant le Seigneur doivent maintenant apprendre à se réjouir de croire sans voir ! Notons au passage que Jésus prend le temps. Plutôt que de précipiter les apparitions, il laisse se passer une semaine entre les deux apparitions. Il confirme ainsi le rythme hebdomadaire des rencontres avec lui. Rencontrer et vivre avec le Christ ressuscité va se faire avec le temps, dimanche après dimanche.

Enfin, après cette transition, une troisième et définitive manière d’entrer dans la foi est mentionnée : l’Ecriture Sainte. « Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom ».

Autrement dit, s’il ne nous est pas donné à nous de voir pour croire, il nous est donné de lire et entendre le témoignage recueilli par les apôtres et cela doit nous suffire pour être remplis de joie et proclamer comme Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Don Martin PANHARD