Ici, nous sommes dans un endroit désert !

Ici, nous sommes dans un endroit désert !

Ici, nous sommes dans un endroit désert ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Voilà l’argument, apparemment incontournable, sur lequel les apôtres se sont entendus pour convaincre Jésus qu’il ferait bien de renvoyer les foules pour qu’elles aillent se nourrir ailleurs. « Ici, nous sommes dans un endroit désert ! » Sans doute Jésus a-t-il pensé leur répondre comme à la Samaritaine (Jean 4) :
« Si tu savais le don de Dieu et, qui est celui qui te dit : donne-moi à boire, c’est toi qui l’aurait prié et il t’aurait donné de l’eau-vive. » Comment peut-on considérer un endroit comme un désert alors qu’y est présente la source de la Vie ? Jésus n’est-il pas celui qui accomplit les Ecritures ? Notamment ce qu’on lit dans les prophéties d’Isaïe (chapitre 35) : « Que soient pleins d’allégresse désert et terre aride, que la steppe exulte et fleurisse… parce qu’auront jailli les eaux dans le désert et les torrents dans la steppe. La terre brûlée deviendra un marécage et le pays de la soif, des eaux jaillissantes. »

N’allons pas trop vite à juger la lenteur et le manque de foi des apôtres. Ils apprennent. Jésus se montre patient avec eux, même en les bousculant un peu : « Donnez-leur vous-mêmes à manger… ». Et, pas à pas, il les associe à la distribution des pains et des poissons multipliés. Si l’évangile nous présente les apôtres comme ils sont, c’est parce que la Parole de Dieu vient nous chercher nous aussi tels que nous sommes. Ne sommes-nous pas très enclins, nous aussi, à trop vite considérer un endroit comme désert ? C’est-à-dire à considérer l’environnement de notre vie ou notre situation comme peu propice au développement de la vie tel que nous la voudrions ? Enclins à penser qu’on se nourrirait mieux ailleurs ? Quelle erreur ! Certes, Jésus nous déplace parfois, comme un bon berger son troupeau. Mais il s’agit ici de reconnaitre que là où je suis la vie m’est donnée et qu’elle m’est donnée en abondance. Jésus est la véritable source d’où jaillit la vie pour moi là où je suis ! Pas besoin d’aller chercher ailleurs, il faut simplement que je découvre la présence vivifiante de Jésus dans ma vie. 

Pour cela confions-nous à la Vierge Marie en suivant nous aussi le conseil qu’elle a donné aux disciples de Jésus aux noces de Cana où c’est le vin qui manquait : « Faites tout ce qu’il vous dira ! ».

 D. Martin PANHARD