« Cette parole de l’Ecriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit « 

« Cette parole de l’Ecriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit « 

« Cette parole de l’Ecriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit «  150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Une fois n’est pas coutume, la lecture de ce dimanche est constituée de deux parties bien distinctes : il s’agit de l’incipit de l’Evangile et de la venue de Jésus à Nazareth, quatre chapitres plus tard. Luc, qui n’a pas connu le Christ, a voulu faire œuvre d’enquête suivant les usages de l’époque. Païen d’origine, il s’adresse à des chrétiens venus eux-aussi du paganisme. Il veut lui aussi annoncer la Bonne Nouvelle qui a changé sa vie. Cette Bonne Nouvelle ne repose pas sur des idées ou des convictions, mais sur des faits qui donnent aux enseignements reçus et transmis par l’Eglise, leur solidité. Ces faits sont ceux de la vie et de l’enseignement du Christ transmis par des témoins oculaires.

A partir du moment où nous donnons à ces témoignages et à leurs transmissions la crédibilité qu’ils réclament – et le crible de l’exégèse et de l’analyse historique et archéologique utilisé depuis si longtemps leur donne un poids supérieur à bien des témoignages que nous recevons comme indiscutables— nous sommes des croyants. L’ « aujourd’hui » dont parle le Christ est un appel à devenir disciple, c’est-à-dire à inscrire dans notre être comme dans notre agir ce que nous recevons et entendons du Christ. « Il n’y aura pas de lendemain pour celui qui n’a pas eu d’aujourd’hui. Sanctifiez-vous donc aujourd’hui et soyez prêts ; demain vous verrez et vous vous réjouirez et votre joie sera pleine. Le Royaume de Dieu est dans la justice, la paix, la joie de l’Esprit Saint. Tout le monde, en effet, veut la joie mais il faut d’abord pratiquer la justice, chercher la paix, la poursuivre, puis vous possèderez la joie, où plutôt elle vous possédera. » (saint Bernard de Clairvaux).      La démarche n’est pas la même pour ceux qui ont vécu et grandi avec lui à Nazareth : croyants de la première Alliance, ils ont besoin d’enraciner dans la Loi et les Prophètes, leur foi dans le Messie promis depuis si longtemps. L’ « aujourd’hui » résonne pour eux d’une manière bien différente : ils auront en réalité beaucoup plus de difficultés à faire le pas de la Foi. C’est le signe qu’une certaine proximité avec le Christ n’aide pas toujours à devenir réellement disciples : croyants depuis toujours, on peut en rester là, sans faire le pas décisif qui illumine. L’enjeu existe pour nous : nés croyants, nous devons devenir des disciples.