Editorial Principal

Du laboratoire d’analyse au confessionnal

Du laboratoire d’analyse au confessionnal 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Depuis quelques temps, en allant à Sainte Bernadette, j’ai pu constater une file d’attente inhabituelle empiétant sur le trottoir de l’avenue de Valescure. Je viens de comprendre qu’il s’agit en fait de l’entrée d’un laboratoire d’analyse médicale.
Alors j’aimerais vous partager un rêve que les prêtres qui sont à votre service partagent avec l’abbé Thibaut de Rincquesen (Vicaire à la paroisse Saint Germain des prés). Je tire ce qui suit de son édito.
Imaginons que cette queue ne soit plus simplement devant la porte du laboratoire d’analyse médicale mais devant celle de nos confessionnaux.
On viendrait y chercher l’absolution qui réjouit et non le test Covid qui inquiète. On pratiquerait l’introspection de l’âme, plutôt que de faire entrer à l’intérieur de nos sinus de douloureux écouvillons. On recevrait la réconfortante miséricorde, plutôt que le diagnostic implacable.
« Or ces tests ont un résultat incertain, alors que l’absolution, elle, réussit à tous les coups. La peine pour les coupables de contagion est elle-même terrible : quatorze jours de réclusion et surtout un humiliant message à tous ses proches pour leur annoncer qu’on leur a fait courir un terrible danger en leur parlant ou en leur souriant. Tandis que la peine pour les pécheurs repentants est une douce pénitence : une action de grâce qui fait sentir combien l’amour de Dieu est grand.
Ah, si les chrétiens s’inquiétaient autant de leur santé spirituelle que du Covid ! Comme nous serions plus heureux et libres si la sainteté était un sujet de santé publique ! Nous sommes tous pécheurs : pas besoin de test pour le savoir. Mais la maladie est de ne pas voir son péché et de ne pas s’en soucier. Quoi, nous acceptons de vivre tous les jours avec les démons dans notre cœur ? quelle mauvaise compagnie dont nous avons tout intérêt à nous débarrasser ! Si nous avions cette même vigilance contre le péché que face au Covid, au lieu de porter un masque, nous porterions une médaille miraculeuse autour du cou et un chapelet dans la poche ; en guise de gestes barrières, nous ferions le signe de croix et une prière silencieuse à chaque fois que nous risquons la contamination du péché par des regards ou des pensées impures ; à la place du confinement sanitaire, nous prendrions quelques minutes de prière silencieuse dans une pièce reculée.
Oui, les journalistes et les politiques ont raison : il y a beaucoup de leçons à tirer de cette crise. Amis paroissiens, mettons autant d’application à revenir vers Dieu que nous en avons à tenir à distance le virus. Livrons-nous au Christ, véritable médecin des âmes »
Qui sait ? Peut-être vos prêtres devront faire des « heures sup » au confessionnal ?

D. Louis-Marie DUPORT

Les ouvriers de la dernière heure

Les ouvriers de la dernière heure 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

« Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice », nous dit Jésus. Et les ouvriers de la première heure qui ont commencé à travailler à la Vigne du Seigneur – traduisons : à vivre dans la foi au Christ Jésus  -, se plaignent, à la fin du jour terrestre, de leur rétribution : « quoi ? Un denier, comme ceux qui sont arrivés à la dernière heure  ?  » Ils estiment que ce n’est pas juste. Mais en terme de stricte justice, il était convenu d’un denier dès le départ. La justice est strictement observée. Et le Maître désire donner à ceux qui arrivent plus tard le même salaire : il est libre de le faire, par bonté, pour ceux qui arrivent plus tard, sans léser en stricte justice ceux qui ont commencé tôt.
Dans le Royaume des Cieux, Dieu ne calcule pas en stricte justice le temps passé dans la foi, mais l’ardeur du désir d’en vivre jusqu’à la mort, même si le temps accordé avant la mort est court. Certes, il semble ainsi favoriser ceux qui arrivent tard à la foi et qui se mettent tard à servir le Seigneur, après une vie où « personne ne les a embauchés » : c’était plutôt ce monde matérialiste et corrompu qui en a fait des débauchés et ils n’osent plus lever les yeux vers Dieu car ils s’estiment trop indignes d’aller travailler à sa vigne  : “désormais, c’est trop tard, j’ai gâché ma vie…” «  Non  !  », proclame Jésus depuis 2000 ans, dans cette parabole. « Venez, vous aussi, à ma vigne ! », même à la dernière heure ! Même à la dernière minute, selon l’exemple limite du bon larron qui a été larron toute sa vie, sauf la dernière minute de sa vie : par l’acte de Foi en Jésus le Sauveur de sa vie, il est devenu saint, éternel vivant une minute avant de mourir. Gageons que, s’il avait pu être gracié de la pendaison au gibet, s’il avait eu de nouveau les bras libres, il les aurait employés avec zèle à servir son Sauveur. Ainsi font les nouveaux convertis : le temps que nous, les anciens dans la Vigne, nous fassions un rang de vigne, en nous débrouillant pour faire le minimum de bien pour ne pas mériter la peine éternelle, tout en « aimant le monde et ce qui est dans le monde » sans aimer vraiment Dieu (1Jn 2,15), eux, ils en font le quadruple avec un grand enthousiasme. Ils aiment leur Sauveur et cela donne des ailes à leur zèle.
Dieu peut récompenser de la gloire immédiate après leur mort des nouveaux venus zélés et demander une longue expiation aux travailleurs attiédis par le calcul égoïste des conséquences éternelles d’une vie ni bonne ni mauvaise. Ce ne sera pas stricte justice mais miséricorde pour « apprendre ce que signifie : c’est la miséricorde que je veux » . Plutôt que de râler contre un maître estimé injuste, estimons-nous heureux d’avoir encore un peu de temps pour nous convertir !

D. Laurent LARROQUE

Donner à voir ce que nous croyons

Donner à voir ce que nous croyons 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Chers amis,
Vous êtes venus nombreux nous accueillir ce dimanche. Je sais que beaucoup d’autres s’y associent par la prière grâce aux nombreux messages que vous m’avez faits parvenir. De tout cœur un grand merci pour cet accueil que vous nous réservez.
Un paroissien m’a récemment recommandé, pour cette nouvelle mission que je reçois, ce conseil judicieux « donner à voir ce que nous croyons ». Nous avons tous des convictions profondes que nous cherchons à mettre en œuvre d’une manière ou d’une autre. Mais il y a un point important vers lequel nous pouvons essayer de tendre : l’harmonie entre nos pensées, nos paroles et nos actes. Il n’y a que Dieu qui soit en parfaite cohérence entre ce qu’Il est, ce qu’Il dit et ce qu’Il fait.
La liturgie, de manière générale, est le lieu par excellence du témoignage de notre foi, elle donne à voir ce que nous croyons : nos paroles, nos chants, nos gestes, nos cérémonies expriment le contenu de notre foi, de notre adoration. Dans l’autre sens, ces rites façonnent et font grandir notre foi.
Ce dimanche, pour cette messe d’installation de votre nouveau curé, il y a quelques rites supplémentaires qui méritent d’être explicités succinctement dans cet édito car ils donnent à voir ce que nous croyons.
Tout commence sur le parvis où je me tiens, muni de ma lettre de mission reçue de l’évêque. Quelques paroissiens des conseils de pôles sont là pour m’y accueillir en votre nom à tous. Cela nous rappelle que nous recevons de l’Eglise les pasteurs qui nous sont envoyés, nous ne les choisissons pas. Mais votre accueil manifeste votre gratitude envers le Seigneur de nous donner les prêtres dont nous avons besoin, pour être guidés au nom de l’Unique Bon Pasteur : le Christ. Pendant ce temps, les autres prêtres prient en silence dans une communion sacerdotale pour celui qui vous est envoyé et pour vous.
Dès le début, le doyen me conduit au tabernacle : le lieu de la Présence du Christ. C’est Lui qui est la source de toute grâce, c’est à Lui qu’il me conduit pour que moi-même je conduise toujours au Christ qui donne tout et vers qui tout converge. Je Lui doit tout, je Lui remets tout, j’attends tout de Lui…
L’évangile exceptionnellement n’est pas lu par le diacre mais par le nouveau curé. Cela me rappelle – et à vous au passage – que c’est ma première mission de vous annoncer l’évangile. Puis vient le rappel des promesses de l’ordination sacerdotale, qui contiennent, en résumé, toute la mission du prêtre, c’est tellement beau ! La Profession de foi commune à tous les baptisés, est proclammée par tous puis récitée seul par le nouveau curé : elle est le signe de l’unité qu’il doit préserver et faire toujours grandir.
Enfin, la Prière Eucharistique donne à voir et entendre que je dois intercéder pour le peuple de Dieu – les vivants et les morts – et dispenser les sacrements qui communiquent la Vie divine.
La tâche est lourde ! Mais je sais que le Seigneur donne toujours les grâces nécessaires. Priez pour moi ! Que je sache accepter ces dons de Dieu pour vous, sans lesquels je ne peux rien. J’ai le souhait très cher de vouloir prendre soin de vous, pour que vous-mêmes vous puissiez prendre soin de tous les raphaëlois à qui Dieu nous envoie pour faire connaitre au monde sa Miséricorde et son Amour !
D. Marc-Antoine cROIZé-POURCELET

Gratitude…

Gratitude… 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Chers frères et sœurs,
Nous vivons tous plus ou moins au rythme de l’année scolaire et avec le confinement généralisé de ces derniers mois, c’est pour un grand nombre un nouveau départ que nous prenons en ce mois de septembre. Beaucoup ont certainement pris le temps de faire un bilan de ces mois si particuliers qui se sont écoulés, sans doute en vue de mieux choisir l’essentiel avant l’important qui nous accapare souvent excessivement. Quelles que soient les épreuves traversées et les joies éprouvées je nous invite tous en ce début d’année pastorale à l’esprit de gratitude.
Gratitude parce que ce que nous sommes et ce que nous accomplissons est rendu possible par ce dont nous héritons. Ma première pensée va envers Don Stéphane qui a œuvré de tout son cœur pendant 6 ans et à la suite duquel je veux moi aussi servir et me donner en vous aimant. Gratitude aussi pour mes précédentes paroisses et leurs paroissiens qui ont fait de moi le prêtre que je suis aujourd’hui, ils ont écopé de mes erreurs de jeunesse, ils m’ont façonné pour vous ! Gratitude envers l’Eglise et mes supérieurs qui m’ont fait confiance en me donnant à vous comme curé. Gratitude enfin et surtout envers le Seigneur pour ses dons innombrables et incalculables qu’il a mis sur mon chemin et pour la grâce qu’il m’a faite de les accepter… Plus nous savons voir les dons que nous recevons, plus nous apprenons à les demander, les recevoir, les savourer et rendre grâce  !
En ce temps de commencement et de nouveautés, sachons donc d’abord rendre grâce pour ce qui a été donné et accompli, pour ce que nous avons reçu des autres afin de nous donner généreusement à notre tour.
Un commencement c’est aussi un moment d’espérance : espérance pour nos enfants, pour leurs rencontres et leur édification ; espérance pour nos projets ou notre travail, leurs réalisations et les fruits attendus ; espérance pour notre famille, son unité et la paix toujours à conquérir ; espérance pour notre santé ou celle de nos proches, qu’elle nous permette de toujours mieux nous donner aux autres ou par défaut d’intercéder efficacement pour eux… Enfin et surtout, espérance pour notre paroisse, qu’elle sache toujours mieux témoigner de la Parole de Jésus par la parole et par l’exemple, afin d’ouvrir à la Vie en Dieu… Votre équipe sacerdotale en tout cas est là pour vous servir et servir à travers vous, tous les Raphaëlois  ! Nous nous confions à votre prière pour cela et soyez sûrs que vous êtes dans la nôtre ! Sachez pour information que vos prêtres se retrouveront, en ce début de semaine, au Sanctuaire ND de Laghet pour fonder cette année dans les mains de la Vierge Marie et la fraternité entre nous !
Je vous invite la semaine prochaine à une réunion de famille un peu particulière : l’installation de votre nouveau curé ! Pour ceux qui le pourront, rendez-vous le dimanche 13 septembre à 15h00 à la Basilique pour m’accueillir. J’ai hâte de pouvoir vous bénir.
Bien fraternellement.
D. Marc-Antoine CROIZE-POURCELET

Une rentrée vécue dans la foi !

Une rentrée vécue dans la foi ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Dimanche dernier nous méditions la profession de Foi de saint Pierre. Elle est comme un sommet dans l’évangile de saint Matthieu. Et cette semaine nous avons l’autre versant qui suit directement cette scène édifiante : l’annonce de la Passion et de la Résurrection. Jésus prépare le cœur de ses disciples à ces évènements décisifs dans l’histoire de l’humanité. Mais la réponse de saint Pierre est immédiate : « Dieu t’en garde Seigneur! Cela ne t’arrivera pas! ». Saint Augustin que nous avons fêté il y a quelques jours compare saint Pierre à un malade qui conseille son médecin ! Il veut préserver son Seigneur de cette tragique Passion dont Jésus a donné les détails. Il est facile de se reconnaître en saint Pierre. Il est facile de retrouver les mêmes lenteurs d’esprit et de cœur et de comprendre les choses comme Dieu les voit. Comme nos cœurs sont lents à croire !

La foi du chef des apôtres et cet évangile résonnent en nous comme un appel. Nous sommes appelés à réveiller en nous un regard de foi. Cela veut dire accueillir la manière de voir de Dieu et la faire notre. Et cette période de rentrée scolaire est parfaite pour nous exercer à cela. Malgré les divers changements, gardons notre cœur fixé sur Jésus et regardons avec foi son Église. Notre manière de rendre grâce pour les partants et d’accueillir les nouveaux sont une incarnation de ce regard de foi. Aidons nous les uns les autres à cultiver ce regard qui élève tant les choses!

Il y a sur le porche de la Grande-Chartreuse les armes de l’ordre : une boule surmontée d’une croix ainsi que l’inscription : Stat crux dum volvitur orbis (Tandis que le monde tourne, la Croix est toujours debout). La sagesse de ces priants nous révèle que la Croix est dressée sur le monde, comme un signe de victoire. Victoire de l’amour sur la mort. Victoire de la Vie de Dieu dans nos humanités blessées. Mais c’est aussi le symbole de la souffrance qui pèse de tout son poids sur l’humanité. Le regard de foi n’est pas l’esquive de la réalité. La souffrance est souvent présente dans nos vies. Nous vivons à l’ombre de la Croix.

Si nous lisons souvent des réflexions sur la souffrance, l’évangile, de son côté, ne fait pas de théorie. Jésus nous invite à participer à sa Passion pour gagner la seule vie qui vaille celle du Ciel et celle de nos âmes.

Jésus ne reste pas insensible devant les âmes éprouvées. Alors que nous pouvons parfois faire l’expérience de la solitude et de l’abandon, le Christ se fait proche de nous et intensifie son action en nous. Par notre union à Lui, nous avons le courage de ne pas sombrer, de maintenir notre regard de foi. Nous complétons ce « qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ  » (Col 1,24). A travers nos croix plus ou moins douloureuses, soyons sûrs que nous servons à quelque chose. Demandons au Seigneur pour chacun des paroissiens, en cette nouvelle année scolaire qui commence, assez d’amour pour porter nos croix et celles des autres ! Et réveillons en nous un regard de foi plein d’espérance sur ceux qui nous entourent ! Bonne rentrée !
D. Christophe GRANVILLE

Mériter confiance !

Mériter confiance ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Pour mieux comprendre la première lecture de ce dimanche, il est nécessaire de la replacer au sein du Livre d’Isaie. Elyaquim est appelé à remplacer Shebna qui fut gouverneur du palais de Jérusalem au cours du règne d’Ezéchias (716 – 687). Le poste de gouverneur du palais était certainement important puisqu’il y avait un véritable rituel d’intronisation au moment de la nomination : on en devine des bribes à travers le texte d’aujourd’hui. En particulier, le gouverneur recevait une tunique et une écharpe qui étaient les insignes de sa fonction. Concrètement, parmi les attributions du gouverneur de Jérusalem, figurait le « pouvoir des clés ». Au moment de la remise solennelle des clés du palais royal, il recevait pleins pouvoirs sur les entrées au palais (et donc sur la possibilité d’être mis en présence du roi) et l’on disait sur lui la formule rituelle : « Je mets sur son épaule la clef de la maison de David : s’il ouvre, personne ne fermera, s’il ferme, personne n’ouvrira. » (Isaïe 22, 22).  C’était donc un symbole d’autorité sur le royaume et la marque d’une très grande confiance de la
part du roi.

Or, on comprend clairement en lisant Isaïe que Shebna n’était pas digne de cette confiance et qu’il utilisait son pouvoir à des fins personnelles. Il s’était enrichi injustement. Plus soucieux de ses affaires et de son avenir que de celles du Royaume et de ses administrés.

On pourrait se poser la question de l’intérêt pour nous de méditer sur cet événement, vieux de plusieurs siècles. Si l’Eglise prend le temps de nous faire revenir sur ce morceau d’histoire du peuple élu, c’est précisément parce que malheureusement, cette situation d’abus nous concerne encore aujourd’hui !

Le risque est grand pour nous de ressembler à Shebna… Certes, nous ne portons pas seuls la responsabilité d’ouvrir ou de fermer l’accès au royaume, mais nous en sommes en partie responsables depuis notre baptême ! Le Christ, en nous appelant, nous a intégrés à l’Eglise, et nous a donné de partager la mission de saint Pierre : « Je mets sur son épaule la clef de la maison de David : s’il ouvre, personne ne fermera, s’il ferme, personne n’ouvrira. »

Quelle que soit notre situation personnelle, nous exerçons toujours en tant que baptisés, si minime soit-elle une autorité, voire un pouvoir. Nous sommes tous, à notre mesure, intendants du royaume ! Par notre attitude, nos paroles ou notre exemple, nous pouvons ouvrir ou fermer les portes du royaume de Dieu à nos contemporains qui ne connaissent pas le Christ. « Reconnais, ô chrétien, ta dignité… Souviens toi de quelle tête et de quel corps tu es membre » (Saint Léon le Grand, + en 604) Chrétien, rappelle toi… comme à Shebna, Dieu t’a confié les clés du royaume…

Alors, chers amis, supplions le Christ qui est le seul intendant parfaitement fidèle, de nous rendre dignes de notre mission de baptisés. Désormais, c’est en Lui, par Lui et avec Lui que les membres de l’Église, et au premier chef, le pape, les évêques et les prêtres participent à cette gestion des
mystères du salut. « Il faut donc que l’on nous regarde seulement comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu. Et ce que l’on demande aux intendants, c’est en somme de mériter confiance » (Saint Paul, Première lettre aux Corinthiens 4,1-2).

Que ta volonté soit faite ?

Que ta volonté soit faite ? 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

L’épisode raconté dans l’évangile de ce dimanche a de quoi étonner pour de multiples raisons ! En particulier, je trouve très surprenante cette conclusion de Jésus qui permet à la mère d’obtenir la guérison de sa fille : « que tout se passe pour toi comme tu le veux ». Voilà qui semblerait donner raison au proverbe : ce que femme veut, Dieu le veut… C’est tout de même énorme que Dieu propose à quelqu’un que tout se passe comme il veut, alors que ce même Jésus nous enseigne à prier en disant : « Père, … que ta volonté soit faite ». Si tout le monde peut décider de tout…
En fait, une telle libéralité envers cette femme qui souffre de la maladie de sa fille et qui demande sa guérison n’est possible que parce que « grande est sa foi ». Nous comprenons ainsi que la foi ne consiste pas simplement à croire en Dieu, d’admettre son existence et qu’il puisse avoir une petite influence sur ce qui nous arrive. Avoir une foi grande consiste en fait à unir sa volonté à la volonté de Dieu ; à désirer et à aimer ce que Dieu veut. Avoir la foi est moins de l’ordre de la croyance extérieure que du côté d’une relation intérieure de communion. De telle manière que lorsque Jésus lit le profond désir dans le cœur de cette cananéenne, il y reconnait ce que Dieu veut déjà. Alors, bien sûr, tout peut se faire, et même doit se faire, comme elle veut. Nous avons là une belle illustration de ce que nous entendons de Jésus dans l’évangile de Jean : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père et, tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. (Jean 14, 12-14) » Demander au nom de Jésus, c’est vouloir et demander ce que Dieu veut. C’est faire sienne la volonté de Dieu. Au point que se confondent, s’unissent et se répondent les « que ta volonté soit faite ».
Puisque nous venons de fêter l’Assomption de la Vierge-Marie, nous pouvons penser aussi aux noces de Cana où la Vierge-Marie expose une demande à Jésus : « Ils n’ont plus de vin » et en même temps donne ce conseil aux serviteurs : « faites tout ce qu’il vous dira » (Cf. Jean 2, 1-11). La Vierge-Marie a une volonté parfaitement accordée à la volonté de Dieu. Qu’elle nous aide à dire aussi avec joie : « Que tout se fasse pour moi selon ta parole  » !
 D. Martin PANHARD

Suivre Jésus sur les eaux

Suivre Jésus sur les eaux 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Là où est le Christ, les tempêtes s’apaisent. C’est une des significations de cet évangile qui nous fait découvrir que la Foi, avant d’être une adhésion à un Credo, est la découverte d’une présence dans notre vie, celle du Fils de Dieu. Mais cette rencontre n’est jamais une improvisation ou le fait du hasard comme peut nous le faire comprendre ce récit. Jésus oblige ses disciples à monter dans la barque, il les envoie au-devant, c’est une des rares fois où l’on voit s’exercer, par le Christ, une contrainte sur des personnes humaines. Mais c’est l’image même de la vie humaine qui, lorsqu’elle n’est pas vécue comme un engagement, est subie comme une contrainte. Rejoindre d’autres rivages en affrontant les vagues de l’existence est le lot de tout homme. La contrainte du Christ est un rappel au réalisme de la vie. Nous pouvons penser que le Christ nous abandonne, mais il nous porte dans et par sa prière et lorsque les vents sont contraires, il vient à notre rencontre et cette rencontre est une mise à l’épreuve de notre foi.
Mais il est un autre aspect que cet évangile souligne. C’est l’attitude de Pierre. Sa foi n’est pas assez forte alors il veut mettre à l’épreuve le Christ en voulant faire et être comme lui. Mais le disciple ne peut être le singe savant du Messie qui reproduit les faits et gestes de son maître. Le croire et le vouloir c’est être petit de Foi. Le disciple est celui qui suit le Messie en allant vers lui comme son Sauveur.
« Nous ne sommes pas capables d’« imiter » Jésus ou, du moins, nous ne pouvons jamais avoir cette prétention. C’est vrai que Jésus consent à la demande de Pierre, en lui disant : « Viens ! » Viens à moi ! Mais aller ainsi à Jésus est une suivance et non une imitation. La différence entre les deux paroles est inscrite dans le présent récit. Tant que Pierre présume qu’il peut marcher sur les eaux comme Jésus et qu’il est donc capable de l’« imiter », de pouvoir être ou faire comme lui, il va au-devant d’un échec. En revanche, quand commence-t-il à suivre Jésus ? Quand il lui crie : « Seigneur, sauve-moi ! ».
Autrement dit, la différence entre imitation et suivance ne consiste pas tant dans le genre de « prestation » que dans son esprit. Ou bien nous acceptons de nous mettre humblement à la suite de Jésus ( et dans ce cas nous pouvons même faire des oeuvres plus grandes que les siennes, comme nous l’apprend Jean 14, 12 : ce n’est pas une question de mesure exacte ), ou bien nous avons la prétention d’être ou de faire comme lui et, dans ce cas, nous démontrons que nous n’avons pas besoin de son aide, de son modèle pour guide, de son secours et nous ne pouvons qu’aller au-devant du naufrage de toutes nos fausses certitudes. » ( Alberto Mello )

Cinq pains et deux poissons

Cinq pains et deux poissons 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Le miracle de la multiplication des cinq pains et des deux poisson montre l’amour miséricordieux de Dieu pour les hommes, particulièrement pour ceux qui l’aiment et veulent le rencontrer. L’Évangile nous expose l’importance de la rencontre avec Dieu pour se nourrir de Sa Parole, exprimée dans Son Évangile.
Puis, nous voyons Sa miséricorde lorsqu’Il guérit le malade qui lui est amené. Enfin, l’Évangile montre que le Christ, notre Seigneur, ne sépare pas les soins pour l’âme de ceux pour le corps. Toutefois Il donne priorité à l’âme sur le corps.
La multiplication des cinq pains et des deux poissons a inspiré les oeuvres de charité de l’Église. L’Évangile est une source de lumière pour chaque Chrétien et pour l’Église entière aussi, parce qu’il a inspiré les oeuvres de charité de l’Église, les cantines pour les pauvres, l’aide à ceux qui ont faim, aux malades et aux personnes vulnérables.
Les pains et les poissons ont été multipliés tandis qu’ils ont été distribués  : La multiplication des cinq pains et deux poissons a été précédée non seulement par la guérison du malade, mais aussi par l’enseignement de l’Évangile du Royaume de Dieu. Autrement dit, le Christ, notre Seigneur, nourrit d’abord les âmes des hommes avec Sa présence miséricordieuse, affectueuse et avec la lumière de sa Parole, l’Évangile du Royaume des cieux ou de la vie éternelle.
Les cinq pains et les deux poissons étaient peu de nourriture en comparaison avec à la foule affamée qui n’avait rien mangé de tout le jour, mais ils sont multipliés par la bénédiction. Ce fait montre le pouvoir de la miséricorde du Seigneur parce qu’Il ne fait pas de miracles pour impressionner, intimider ou se valoriser, mais par amour miséricordieux pour les hommes et les femmes qui ont patiemment écouté l’Évangile et ont assisté à la guérison de beaucoup de malades et de gens souffrants.
En raison de leur écoute dévouée et patiente, le Christ, notre Seigneur, leur a préparé un dîner afin qu’ils ne dépensent pas d’argent et n’aient pas à errer, fatigués, dans les villages avoisinants, pour acheter de la nourriture.
Le fait que ce soit lors de leur distribution aux gens, que les pains et les poissons ont été multipliés, est très important. Ils ont été multipliés parce qu’ils ont été bénis et parce qu’ils sont distribués. Personne n’a vu de piles de pains ou de poissons, mais ils ont été multipliés au moment même où ils étaient distribués.
Ainsi, le Christ nous enseigne que nous ne devons pas amasser de grandes provisions de choses matérielles, périssables, ce qui donne uniquement une fausse sécurité et un bonheur illusoire. Le soin de Dieu et l’amour pour les humains sont plus grands que n’importe quelle thésaurisation de choses matérielles, périssables.
Le Christ, notre Seigneur, nous appelle aussi à avoir une attitude de confiance en l’amour miséricordieux de Dieu et ne pas être avide, faire des réserves, ou amasser beaucoup de richesses matérielles, en pensant que ceci peut nous assurer la sécurité dans la vie.
Le Christ, notre Seigneur, veut que les dons qu’Il a bénis soient reçus en bon ordre, en les attendant dans la paix et le calme. Il a béni la nourriture, rompu le pain et l’a donné à Ses disciples qui l’ont distribué. Ici nous voyons le rôle du sacerdoce. Le Christ donne à l’Église par les mains de Ses Apôtres et fidèles qui sont les serviteurs du saint autel. Ceux dont le rôle est de distribuer les dons reçus de Dieu, doivent donc montrer à un grand nombre de personnes l’amour de Dieu et être des témoins de l’amour de Dieu pour les humains.
Une fois que la foule a été rassasiée, les miettes ont été ramassées dans 12 paniers. Ils symbolisent le fait que Dieu donne la nourriture au peuple choisi d’Israël, les 12 nations, si ces gens obéissent à la parole de Dieu. Mais ces 12 paniers montrent aussi que le Christ, notre Seigneur, nourrit Son Église par les 12 Apôtres, tant en ce qui concerne les dons spirituels que les soins charitables à ceux qui ont faim, qui sont pauvres et qui sont vulnérables.

Ce trésor est la Parole

Ce trésor est la Parole 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Avec ce dimanche, se termine l’enseignement de Jésus en sept paraboles, sur le Règne de Dieu.
Ce Règne a à voir avec la vie concrète des hommes comme en témoigne la volonté délibérée de Jésus d’en faire la catéchèse par des paraboles qui rejoignent l’expérience professionnelle et domestique de son auditoire. Ce n’est donc pas du « prêt-à-porter » ou un « prêt-à-penser », mais du « sur-mesure », à la mesure des oreilles du cœur.
Où et comment arrive ce Règne ? Par l’accueil dans sa vie de la Parole de Dieu (le semeur). Ce règne, le mal ne pourra en empêcher l’avènement (la parabole de l’ivraie) tant est grande la force et la vitalité de la Parole (le grain de sènevé, le levain et la farine). Mais le blé n’est semé et ne pousse que pour être moissonné et la moisson est faite pour donner le froment qui deviendra le pain quotidien. Le Règne s’accomplira définitivement dans un ultime acte de jugement discriminatoire sur le discernement de sa valeur et sa richesse (le trésor et la perle) et entre les bons et les mauvais ( le filet ). « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Matthieu 6,19-21).
Les paraboles de cette semaine nous posent une triple interrogation : l’Eglise est-elle notre trésor ? Sommes-nous prêts à tout vendre pour suivre le Christ ? Sommes-nous prêts à être jugés par Dieu ? Nous savons bien que nous ne pouvons répondre par l’affirmative sans présomption orgueilleuse. Que comprendre alors ?
Si nous pouvons lire ces paraboles du Royaume comme une exhortation à une authentique vie chrétienne faite d’accueil et d’écoute fructueuse de la Parole malgré les attaques du mal, et comme un appel à cultiver notre jardin à l’instar de Candide en attendant le jour de la moisson, elles nous révèlent aussi le mystère même de Dieu.
Ce maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien et à qui doit s’apparenter le disciple, peut évoquer le Père qui, dans sa volonté de sauver la création originelle issue de sa Parole, envoie son Fils unique mourir et ressusciter afin de rassembler ses enfants dispersés, leur donner l’Esprit de vie et renouveler la face de la terre. Sous cet éclairage, les images utilisées dans ces paraboles (le grain de blé, le moissonneur, le champ, le filet, le trésor…) prennent alors une coloration particulière. Si donc les paraboles du Royaume évoquent le processus de notre croissance spirituelle, elles mettent surtout en relief que l’essentiel, à savoir la vitalité mise en œuvre et le devenir spirituel, échappe à notre maîtrise car c’est œuvre de Dieu et non des hommes. Il nous faut donc pour être disciple du royaume commencer par être scribe, c’est à dire familier et professionnel (celui qui professe) de la Parole de Dieu laquelle n’est pas d’abord un texte ou une voix mais une personne, celle du Christ.