Bonne fête, maman !

Bonne fête, maman !

Bonne fête, maman ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ». Cette affirmation de Jésus fait rapidement penser à la première qui a gardé cette parole et en qui elle s’est accomplie : la Vierge Marie. En effet, l’évangéliste saint Luc dit à son propos (Luc 2, 51) : « elle gardait dans son cœur tous ces évènements ». Et encore (Luc 8, 21) : « ma mère et mes frères, dit Jésus, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique », ce qui est éminemment le cas de la Vierge Marie. 

Garder la parole est donc un art pour lequel le principal modèle est la Vierge Marie. On peut d’ailleurs lire en parallèle ce que Jésus nous dit dans l’évangile aujourd’hui : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure » et ce qui a été vécu par Marie (Cf Luc 1).

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ». C’est sans doute la première qualité de la Vierge Marie. En vraie fille d’Israël, elle a appris à vivre ce commandement primordial : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Ces paroles que je te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur » (Deutéronome 6, 4-6). On sait que Marie avait le projet de se consacrer entièrement à Dieu. Son mariage avec Joseph ne venait pas contrarier ce projet mais lui donner son cadre. Elle aimait profondément Dieu et écoutait attentivement sa parole. A tel point, disent les pères de l’Eglise, qu’elle l’avait enfantée dans la foi avant même de l’enfanter dans la chair.

« Mon père l’aimera ». C’est la découverte bouleversante que fait la Vierge Marie en entendant la salutation de l’ange : « Je te salue, comblée de Grâce, le Seigneur est avec toi » et « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ». On comprend qu’elle a pleinement accueilli ce don de l’amour de Dieu pour elle lorsqu’elle s’exclame chez sa cousine Elisabeth : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur ; il s’est penché sur son humble servante ! »

« Nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure ». C’est ce que l’ange dit à Marie : « L’esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre » ; « voici que tu va concevoir et enfanter un fils » ; « il sera grand, il sera appelé fils du Très-Haut ». Marie devient la première demeure de Dieu parmi les hommes ! Et elle laisse s’accomplir pleinement le projet de Dieu en se donnant tout entière : « Que tout se passe pour moi selon ta parole ».

Fêtons nos mamans, elles nous donnent la vie ! Sans oublier celle qui, pour nous, s’est faite mère de Dieu pour devenir notre mère à tous en nous engendrant dans la vie nouvelle des enfants de Dieu ! Apprenons d’elle à aimer Dieu et à garder sa parole !

 

 D.Martin PANHARD