Avec Victor Hugo

Avec Victor Hugo

Avec Victor Hugo 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Chers amis,

Dans ce beau temps pascal, où chacun de nous est invité à approfondir sa foi dans ce si beau mystère de la Résurrection du Christ, j’aimerai proposer à votre méditation, un beau passage des Contemplations.

Victor Hugo nous invite à croire et à consentir à la vie qui nous a été donnée.

Pour nous chrétiens, cela consiste à croire que le Christ a vaincu la mort ! Depuis lors, même si « la chair est aux corbeaux » même si, ici-bas rien ne dure, nous croyons que dans le Christ, tout est appelé à la Résurrection !
Alors ensemble :

« Ne doutons pas. Croyons. Emplissons l’étendue

De notre confiance, humble, ailée, éperdue.

Soyons l’immense Oui.

Que notre cécité ne soit pas un obstacle ;

A la création donnons ce grand spectacle

D’un aveugle ébloui.

Car, je vous le redis, votre oreille étant dure,

Non est un précipice. O vivants ! rien ne dure ;

La chair est aux corbeaux ;

La vie autour de vous croûle comme un vieux cloître ;

Et l’herbe est formidable, et l’on y voit moins croître

De fleurs que de tombeaux.

Tout, dès que nous doutons, devient triste et farouche.

Quand il veut, spectre gai, le sarcasme à la bouche

Et l’ombre dans les yeux,

Rire avec l’infini, pauvre âme aventurière,

L’homme frissonnant voit les arbres en prière

Et les monts sérieux.

Le chêne ému fait signe au cèdre qui contemple ;

Le rocher rêveur semble un prêtre dans le temple

Pleurant un déshonneur ;

L’araignée, immobile au centre de ses toiles,

Médite ; et le lion, songeant sous les étoiles,

Rugit : Pardon, Seigneur ! »

Alors, chers amis, avec la création toute entière, avec le chêne, le rocher et le lion, rendons gloire à Dieu !

Ne soyons pas cet homme, ce « spectre gai, le sarcasme à la bouche » qui défit l’Infini, qui dit « non »  ! Avec la multitude d’anges qui entoure le Trône, avec les Vivants et les Anciens, avec ces myriades de myriades, dont parle l’apocalypse, « soyons l’immense oui » !!!

Chantons la Résurrection du Christ : il est digne l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange »

AMEN

D.Louis-Marie DUPORT