« Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison »

« Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison »

« Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison » 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Les saints n’ont pas tous bien commencé, mais ils ont tous bien fini. A quelques jours de la Toussaint, il est bon d’entendre le récit de la conversion de Zachée, point de départ de sa nouvelle vie, après cette rencontre salvifique avec Jésus !
Petit, et certainement rejeté par son style de vie, l’évangile nous fait entendre l’avis de toute la ville de Jéricho au sujet de Zachée : il est un homme pécheur. Pourtant, malgré ses vols et son amour démesuré de l’argent, il garde en lui le désir de voir Jésus. Chacun de nos cœurs, malgré la noirceur de nos péchés, gardent le désir d’un peu de Lumière, particulièrement celle de la Vérité et de la Miséricorde. Cette Lumière qui est toute divine. Mais Comme Zachée, nous préférons voir la Lumière sans qu’elle nous voit. Autrement dit, nous montons nous aussi dans nos sycomores, pour trouver un peu de répit pour nos âmes et observer Jésus de haut ou de loin. Peut-être nous ne nous sentons pas assez dignes ou capables de nous approcher plus de Jésus.
Mais le Seigneur ne veut pas que nous nous installions dans cette relation lointaine avec lui ! « Descends vite ! » nous ordonne Jésus, « il me faut aujourd’hui demeurer chez toi ».  Et cette invitation de Jésus est reçue avec joie. Seule la prière d’oraison (ou la composition des lieux selon la spiritualité Ignatienne) nous fait rentrer dans le sentiment de joie du cœur de Zachée. Certainement que la douceur des paroles de Jésus, son regard plein de bienveillance ont fait tomber les premières murailles de son ancienne vie. Les portes s’ouvrent pour accueillir Jésus. Nous pourrions retenir, qu’avant les changements de notre agir, nous sommes faits pour cette rencontre personnelle avec le Christ. C’est dans cette relation forte de communion que nous trouvons la joie de nous détacher de ce qui était mauvais. Elle est souvent comprise à l’envers. Il faut que je change ceci ou cela, alors le Seigneur m’aimera. Non !!! C’est parce que j’accueille le Christ dans ma vie, que je lui laisse toucher mon cœur blessé, que nous aurons alors le désir de rendre visible notre conversion par un changement de nos actes, de nos comportements et de nos habitudes !
Zachée, en effet, ne tarde pas a organiser son avenir à la lumière de cette rencontre. Invisible mais réel l’amour du Christ pour Zachée l’a transformé. On y retrouve la même grandeur. « Voici, Seigneur, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je lui rendrai le quadruple ». Une seule fois dans la bible, il est précisé la nécessité de rembourser quatre fois la valeur d’un vol : c’est en Exode chapitre 21 verset 37, dans le cas du vol d’un agneau, tué et vendu. Zachée, par sa qualité de fils d’Abraham, étend cette résolution à tous ses vols.
Nous n’aurons pas d’autres détails de la vie de Zachée dans l’Evangile. Il faut aller à Rocamadour pour découvrir, selon la Tradition le témoignage de la piété populaire : on priait devant le corps d’un homme resté intact après la mort et de petite taille. Renouvelé dans la foi en la communion des Saints, demandons aux Saints du Ciel de nous emmener un petit peu plus sur le chemin de la conversion du cœur, de l’Amour de Dieu et du service des plus pauvres dans son Eglise. Alors, Saint Amadour, priez pour nous !
 D. Christophe GRANVILLE