Alerte incendie !

Alerte incendie !

Alerte incendie ! 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

Il y a des jours où nous serions tentés de penser que Jésus ne se rend pas bien compte de ce qu’il dit… Se présenter en plein mois d’août comme un pyromane, c’est vraiment risqué ! Surtout dans nos régions où le feu s’invite déjà trop souvent et fait des ravages. Qu’à cela ne tienne, Jésus prévient ses disciples  : « Je suis venu apporter un feu sur la terre et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! ». Pour celui-ci, n’envoyons peut-être pas trop vite les canadairs. Adoptons plutôt l’attitude à la fois curieuse et respectueuse de Moïse lorsqu’il découvre le buisson ardent (Exode 3) : « Je vais faire un détour pour voir cet étrange spectacle ». Dans ce feu, Moïse va découvrir, en s’approchant, la présence de Dieu lui-même. Dans ce feu, Dieu va lui révéler son identité : « Je suis Celui qui suis » et envoyer Moïse en mission : « fais sortir d’Egypte mon peuple ». Alors, ce feu que Jésus veut voir sur la terre, ne serait-il pas déjà là depuis Moïse ? Pour une part, oui, puisque Jésus se fait désormais présence de Dieu sur la terre. Mais manifestement, cela ne suffit pas ! Il tarde à Jésus de voir ce feu prendre une nouvelle dimension. En fait, ce feu de Dieu dont parle Jésus n’est plus fait pour être considéré de l’extérieur comme Moïse avec le buisson ardent  ; ce feu est fait pour être communiqué comme à la Pentecôte. C’est le don de la présence de Dieu dans le cœur des hommes, c’est le don de l’Esprit-Saint. Ce feu de Dieu est fait pour être propagé, c’est l’évangélisation : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples. Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai dit. Et voici que je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».
Le jour de la Pentecôte a inauguré cet embrasement spirituel et divin pour la rédemption du monde. L’étincelle qui a mis le feu aux poudres c’est Jésus dans le don total de lui-même par amour, jusqu’à mourir sur la croix. De son cœur ouvert et brûlant d’amour jaillit la miséricorde infinie de Dieu pour le pardon des péchés et la réconciliation de l’humanité sauvée grâce au nom de Jésus. Oui, ce feu est déjà allumé  ! Il nous tarde encore qu’il nous consume davantage et atteigne tout ce qui est encore froid dans ce monde !
« Du courage donc ; ne dormez plus, levez l’étendard de la très sainte Croix. Regardons l’Agneau percé pour nous, qui verse son sang de toutes les parties de son corps. O doux Jésus, qui vous a pressé de le verser en si grande abondance ? Il nous répond que c’est son amour pour nous et sa haine pour le péché qui lui nous ont fait donner ce sang bouillant du feu de sa charité. »  (Sainte Catherine de Sienne,
Lettre 183).
D. Martin PANHARD