Humiliation, accusation de nous-mêmes, prière, pénitence

Humiliation, accusation de nous-mêmes, prière, pénitence

Humiliation, accusation de nous-mêmes, prière, pénitence 150 150 Paroisses de Saint-Raphael

N’est-ce pas l’application immédiate de l’évangile ? « Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère ». Il s’agit d’admettre que le champ de bataille où se joue la victoire du mal par le bien se trouve d’abord à l’intérieur de moi. Au moment où l’Eglise tout entière traverse une crise importante liée à l’immoralité, parfois criminelle, de certains de ses membres les plus éminents, le Saint-Père nous invite à ne pas nous tromper de combat et à prendre (aussi et d’abord) des mesures spirituelles. Voici un extrait de son discours final au sommet sur la protection des mineurs.

« […] Quelle serait donc la “signification” existentielle de ce phénomène criminel ? Tenant compte de son étendue et de sa profondeur humaine, il n’est aujourd’hui que la manifestation actuelle de l’esprit du mal. Sans avoir présente cette dimension nous resterons loin de la vérité et sans véritables solutions.

Frères et sœurs, nous sommes aujourd’hui face à une manifestation du mal, flagrante, agressive et destructrice. Derrière et à l’intérieur de tout cela, il y a l’esprit du mal qui, dans son orgueil et son arrogance, se sent le maître du monde et pense avoir vaincu. Et cela, je voudrais vous le dire avec l’autorité d’un frère et d’un père, certes petit, mais qui est pasteur de l’Eglise qui préside à la charité : dans ces cas douloureux, je vois la main du mal qui n’épargne même pas l’innocence des petits. Et cela me conduit à penser à l’exemple d’Hérode qui, poussé par la peur de perdre son pouvoir, ordonna de massacrer tous les enfants de Bethléem.

Et de même que nous devons prendre toutes les mesures pratiques que le bon sens, les sciences et la société nous offrent, de même nous ne devons pas perdre de vue cette réalité et prendre les mesures spirituelles que le Seigneur lui-même nous enseigne : humiliation, accusation de nous-mêmes, prière, pénitence. C’est le seul moyen de vaincre l’esprit du mal. C’est ainsi que Jésus l’a vaincu. […] »

A la veille d’entrer dans ce temps de conversion du Carême, nous ne pouvons pas ignorer cet appel. Oui, Jésus a vaincu le mal, mais cette victoire doit encore produire son effet dans nos cœurs. Nous pouvons et nous devons permettre à Jésus de réaliser cela en nous. Les moyens sont connus, accessibles et adaptables à tous. Nul ne peut s’en dispenser : « humiliation, accusation de nous-mêmes, prière, pénitence ».

        D. Martin PANHARD